AND name REGEXP 'Marcel' AND name REGEXP 'et' AND name REGEXP 'son' AND name REGEXP 'Orchestre' L'Entrepôt Arlon | interviews | marcel et son orchestre
backgroundbackground

ROCK'N GAUME

L'ACTU ROCK EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

HOME > INTERVIEWS > MARCEL ET SON ORCHESTRE

Vidéos

prev next

INTERVIEWS

14/06/10

MARCEL ET SON ORCHESTRE

>

LES FÊTES DE LA MUSIQUE D'IZEL (20 JUIN, GRATUIT), REÇOIVENT EN TÊTE D'AFFICHE LES SULFUREUX MARCEL ET SON ORCHESTRE. EN GUISE DE MISE À BOUCHE À CE CONCERT QUI S'ANNONCE... EUH... BON, AVOUONS QU'ON NE SAIT PAS VRAIMENT À QUOI S'ATTENDRE, DONC, ON A VOULU EN SAVOIR UN PEU PLUS, POUR SE PRÉPARER PSYCHOLOGIQUEMENT. C'EST POUR ÇA QU'ON A TÉLÉPHONÉ À MARCEL.

La dernière fois que l'on vous a vus « par chez nous », en province du Luxembourg, c'était en 2004. Vous ne trouvez pas que ça fait longtemps ?

Oh si, bien sûr, ça fait longtemps ! La dernière fois que l'on est venu celà c'était super bien passé ! 
Puis on aime bien venir en Belgique parce que vous, les belges, vous avez une plus grande capacité à vous lâcher !

Donc, vous êtes plutôt enthousiastes ?

Oui, très !

Lors de la fête de la musique, vous allez certainement vous retrouver devant un public plus diversifié, plus familial, vous ne craignez pas de choquer ?

Non, car on adore les rassemblements populaires ! Parce que dans ces cas-là, on ressent plus l'énergie du public, puis les gens se rendent comptent qu'ils se ressemblent plus qu'ils ne sont différents. Puis tu vois les jeunes, les plus vieux qui dansent tous ensemble, je préfère ça, à concert d'une idole (dont on ne citera pas le nom) qui se produit tous les soirs devant 2000 personnes qui lui ressemblent, qui sont toutes comme lui !

Vous n'avez jamais « peur » d'être mal compris par un public devant lequel vous jouez ?

Ça, c'est toujours le risque tu vois ? A partir du moment où tu décides de t'exprimer face à des gens, y'a toujours le risque d'être mal compris, mais c'est ça qui est intéressant.

J'ai entendu dire que le nombre des membres du groupe (7) faisait référence aux sept péchés capitaux, d'où vient cette idée ?

(Rire) tu vois Marcel et son Orchestre, ça a été monté pour appuyer là ou ça fait mal ! Pour aller un peu contre les convenances ! C'est comme le carnaval, c'est la fête qui va contre les convenances, l'institution, c'est le moment ou tonton se déguise en tata et vice versa. Et nous on a voulu sortir de l'ordre, du rang.  De la société lissée, on a voulu faire le contraire. Se permettre d'arrêter d'être prisonnier  de l'image des autres.  
On a choisit le nom le plus handicapant possible pour voir jusqu'ou on irait, c'et surtout pour dire « méfiez-vous des apparences ».

Vous dites que vous aimez particulièrement les « revendications ». Qu'elle est/ qu'elles sont celles qui vous tiennent le plus à cœur ? Vous seriez  prêts a aller jusqu'ou pour vos idées ?

(Rires) tu vois y'a des gens qui meurent pour leurs idées, ok mais il y a des morts lentes aussi. C'est comme Arthur Rimbaud disait, « on n'est pas sérieux quand on a 17 ans » ben c'est vrai, et après on devient plus calme …

Tu vois, il y a l'envie d'être militant et l'envie de faire la fête, et il y a beaucoup de gens qui se savent pas faire la fête.

Vous écrivez des textes sur beaucoup de thèmes différents, mais est ce que vous avez une définition du bonheur propre à Marcel et son Orchestre ?

Une définition propre du bonheur, on n'en a pas, mais on a des instants de bonheur, car on a tous une humeur changeante. Mais c'est quand on est bien et puis que peu de temps après on s'en aperçoit.  Y'a des gens qui luttent pour le bonheur, mais c'est à partir du moment où l'on s'accepte qu'on devient heureux.

A propos de votre actualité  à présent, « Bon Chic Bon Genre » est votre dernier album,  de quoi vous êtes vous principalement inspiré pour écrire les textes ?

Marcel et son Orchestre c'est la grande aventure de monsieur et madame tout le monde, on utilise les transports en commun comme tout le monde, on fait la même chose que vous tous. 
Et pour se nourrir, se vêtir, on a besoin de moyen, alors « nous n'avons plus les moyens » ben c'est surtout de vouloir un peu s'en moquer. Parce que pour la culture, l'éducation, la retraite, on a besoin de moyen, et quand le gouvernement te dit qu'on a plus les moyens, c'est hallucinant ! Les erreurs du passé sont censées nous aider à ne pas refaire les mêmes dans le futur mais là, pour cette société qui se veut polie, on est plutôt retourné à la barbarie !

Quel a été son accueil auprès du public ?

Un très bon accueil parce qu'on s'est donné les moyens ! C'est pas parce que t'es dans la culture que tu peux ne pas avoir de rendement... Pour avoir des résultats probants, il faut se donner des moyens hallucinants !

Quels sont vos projets pour l'avenir ?

Perdre du poids ou bien faire du vélo !

Merci beaucoup pour cette interview !

De rien, et au 20 alors !

author

Post? par Florence

FOCUS:

A la fin des années 80, 4 copains de lycée, Fabrice, Laurent, Luc et Franck, se réunissent dans un café de Boulogne sur mer autour d'une Suze et de quelques (…)

 bio compl?te