AND name REGEXP 'Radio' AND name REGEXP 'Dead' AND name REGEXP 'Ones' L'Entrepôt Arlon | interviews | radio dead ones
backgroundbackground

ROCK'N GAUME

L'ACTU ROCK EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

HOME > INTERVIEWS > RADIO DEAD ONES

Vidéos

prev next

INTERVIEWS

30/04/11

RADIO DEAD ONES

>

LES ALLEMANDS DE RADIO DEAD ONES NE SONT PEUT-ÊTRE PAS DES SUPERSTARS INTERNATIONALES MAIS CHACUNE DE LEURS VENUES À ARLON CRÉE UN VÉRITABLE TSUNAMI. TÊTE D'AFFICHE DE LA SOIRÉE PUNK DES ARALUNAIRES, POUR LAQUELLE ILS PRÉSENTAIENT LEUR NOUVEL ALBUM "AAA", LE COMBO STREET-PUNK A JOUÉ DEVANT UN ENTREPÔT QUASI SOLD-OUT! DES DIZAINES DE FANS ONT DANSÉ, POGOTÉ ET ENTONNÉ EN CHOEUR LES REFRAINS DU GROUPE! VÉRITABLE BÊTE DE SCÈNE, LE SYMPATHIQUE CHANTEUR-LEADER BEVERLY NOUS A ACCORDÉ UNE INTERVIEW À SON IMAGE, REBELLE MAIS SINCÈRE!

Alors, ce n'est pas la première fois que vous venez dans le coin, que ce soit à l'Entrepôt ou au Rider's Park de Messancy. Comment vous ressentez l'ambiance qu'il y a ici ?

Ça fait cinq ou six ans qu'on est venus jouer pour la première fois, et c'était vraiment génial, les gens étaient cools. On a eu de la bonne bouffe, un bon hôtel, etc… On s'est senti les bienvenus ! Parfois, à certains endroits, tu vis un bon concert la première fois, mais quand tu reviens tout a changé. Ici, ça ne change pas, c'est toujours aussi chouette ! Et j'espère que ça le sera ce soir !

Il me semble que vous avez des amis ici, non ?

On a joué avec pas mal de groupes qu'on a ramenés à Berlin, comme les gars de The Last Wanted, tu connais ?

Ouais !

Ils sont déjà venus chez nous à Berlin pour un week-end, et on a bien bu !

Votre nouvel album s'appelle « AAA ». Qu'est-ce qui rend cet album différent des précédents ?

Il est plus dur ! Les premiers disques étaient plutôt du Punk-Rock facile avec trois accords et des chansons que tout le monde peut chanter. On voulait que les gens restent sans voix en l'écoutant !

Et que veut dire « AAA » ?

Awake And Alive !

Au départ, le punk c'était « Fuck the system ! » et partir en tournée à l'arrache sans trop savoir ce qu'il va se passer. Est-ce que vous sentez encore cet esprit ?

Ouais, mais ça change… Quand t'es jeune, tu peux boire tous les soirs et le lendemain, tu ne te sens pas encore trop mal parce que ton corps est frais et tu te sens bien de toute façon. Quand tu vieillis, tu ne peux plus boire autant, tu vois ? Pendant les premières tournées, on était bourrés tous les soirs. Alors au retour, on devait rester à la maison une semaine pour récupérer (rires) ! On ne peut plus faire ça. En plus, si tu bois et que tu te la mets tous les soirs, tu joues des concerts merdiques. Mais bon, on le fait encore parfois et on s'amuse bien.

Est-ce que Berlin est une bonne ville pour le mouvement Punk ?

Oh que oui ! Y'a beaucoup de clubs. C'est si facile pour un jeune groupe de trouver des concerts, parce que Berlin est grand et qu'il y a pas mal de salles partout dans la ville. Tu peux jouer cinq week-ends d'affilée et tu as quand même un public différent à chaque fois. Il y a aussi pas mal de disquaires, d'agences de Booking, de studios. On n'a pas vu toutes les villes du monde, mais de toutes celles qu'on a vues, c'est la meilleure pour le Punk !

Est-ce que tu te souviens du meilleur concert que vous avez donné ?

On a déjà joué plus ou moins 350 concerts donc c'est difficile à dire. Parfois, c'est cool de jouer dans des petits clubs avec un public déchainé. On a aussi joué des plus gros concerts en première partie de grands groupes et c'est bien aussi ! Mais au fond, c'est la même chose, du moment que l'ambiance est monstrueuse.

Si vous aviez l'opportunité de devenir un gros groupe de Punk-Rock qui joue dans des stades et passe sur MTV, est-ce vous la saisiriez ?

Si quelque chose comme cela se produit, c'est cool, mais je ne pense pas qu'on joue la bonne musique pour devenir très célèbre, parce qu'on reste un groupe de Punk-Rock. Les groupes qui ont succès énorme ne sont pas des groupes de Punk-Rock.

Dans Bad Luck Charms, le groupe avec qui vous partagez l'affiche ce soir, il y a un membre de US Bombs, groupe auquel vous êtes souvent comparés. Est-ce une influence pour vous ?

Il y a trois ans, nous somme partis en tournée quatre semaines avec US Bombs. On connait très bien Kerry Martinez, le  guitariste qui joue ce soir. Au départ, c'était le meilleur groupe pour nous : ils jouaient des chansons pétillantes avec un esprit très dur. C'était génial pour nous de trainer avec eux. Ils avaient des tatouages partout, ils buvaient, prenaient de la drogue tous les soirs. Un vrai groupe rock'n'roll, tu vois ! Mais on ne peut pas rester tout le temps avec eux et n'être influencés que par eux. Tu dois changer, sinon tu deviens une copie. Et on ne veut pas devenir une copie.

Myspace Radio Dead Ones

Merci aux Radio Dead Ones!

Photo par Christian Wagner.

author

Post? par Quentin

FOCUS:

Formation street punk venue d'Allemagne, Radio Dead Ones écume les scènes de Berlon et d'ailleurs depuis 2003. Ils partagent notamment l'affiche de festivals avec des pointures telle que Backyard Babies, (…)

 bio compl?te